Ouest France

Le Garçon à la valise fait étape au Terrain-Blanc

Le festival à tout âge se poursuit avec une pièce qui raconte l’exil. L’aventure drôle et émouvante du jeune Nafi à travers mer, montagne et désert, résonne avec l’actualité.

C’est du théâtre et pourtant. L’historie de Nafi résonne avec celle bien réelle de nombreux enfants et adultes qui tentent le voyage vers des contrées moins hostiles. Mais lorsque l’auteur anglais Mike Kenny à écrit ce texte en 2004, il a omis de donner des dates, des origines et une religion à ses personnages. « Car c’est une histoire universelles d’êtres humaines qui migrent », appuie Odile Grosset-Grange, de la compagnie de Louise.
Pour respecter sa volonté, la metteuse en scène a choisi trois acteurs d’origines différentes. « Comme cela, chacun peut être l’un de ces enfants qui veut échapper à la violence. »
Mounya Boudiaf, Pierre Lefebvre et Julien Cigana racontent ainsi l’histoire de Nafi et Krysia. Poussés par leurs familles et fuyant la guerre, les jeunes traversent le monde pour rejoindre ce qu’ils croient être une paradis : Londres. Un périple entre espoir et déception qui dure plus de quatre ans, entre mer, montagne et désert.

Un visage sur le phénomène

Durant son voyage, Nafi partage les histoires que lui racontait son père, comme celle de Sinbad le marin. Elles lui permettent de dépasser ses peurs, de se donner du courage, et parfois de se sortir de mauvaises situations. « Cela symbolise la culture qui se transmet et qui nous sauve. »
« Cette aventure est aussi drôle qu’émouvante, sans tomber dans le pathos, souligne Odile Grosset-Grange. C’est une pièce qui en appelle à notre intelligence. Elle nous rappelle que ces gens ne constituent pas une nuée d’individus, mais qu’il s’agit d’hommes, de femmes et d’enfants qui souffrent. Nafi met un visage, une humanité, sur le phénomène. »

Mathilde Elie

Mercredi 14 décembre, à 19h, au Terrain-Blanc, à Penhars.
A partir de 8 ans. Tarifs : entre 5 et 10€. Informations et réservations au pôle cultuel Max-Jacob 4 boulevard Dupleix, tél. 02 98 64 20 35 ou sur www.tres-tot-theatre.com